En architecture aussi : rien ne se perd, tout se transforme !

Un casque d'architecteLes architectes, comme de nombreux citoyens, souhaitent préserver le plus possible les ressources de la planète. Résultat, ils ont adopté la green attitude !

On ne compte plus les prix qui mettent à l’honneur des architectes, qu’ils soient décernés un peu partout dans le monde ou plus spécifiquement dans l’Hexagone, comme le Grand prix d’architecture de l’Académie des beaux-arts ou celui joliment dénommé l’Équerre d’argent. Parmi ceux-ci, chaque année depuis 2006, le Global Award for a sustainable Architecture récompense cinq architectes contemporains qui s’engagent sur la voie du développement durable et c’est ainsi qu’un laboratoire d’architecture sociale, le Rural Studio, a été récompensé pour avoir fait sortir de terre le Corrugated Cardboard Pod, logement étudiant de l’école d’Architecture d’Auburn, en Alabama, construction réalisée avec du carton et du bois de récupération. S’étant rendu compte que des milliers de tonnes de carton imprégné de paraffine pour le rendre résistant à l’eau ne pouvaient pas être recyclées tous les ans, les étudiants du Rural Studio ont décidé de le déchiqueter, de le comprimer puis de le mettre en balle, en faisant ainsi un matériau de construction d’excellente qualité, notamment en matière d’isolation thermique. Loin d’en être à son coup d’essai, ce laboratoire d’architecture utilise depuis un peu moins de 20 ans des chutes de moquette, des vieux pneus ou de la tôle automobile récupérée dans les ferrailles pour construire de splendides maisons aux plus démunis.

D’autres projets de par le monde sont aussi basés sur le recyclage : pour la construction de la Scraphouse de San Francisco, on a utilisé des claviers d’ordinateurs, des tuyaux d’arrosage, des vieux annuaires, etc. Tous les matériaux ont été collectés sur des chantiers de récupération ou dans des décharges et cette construction témoigne du fait que tout ce qui est jeté et considéré comme indésirable peut avoir une nouvelle vie…

Autre exemple : la Recyhouse en Belgique a également été réalisée en 2001 presque uniquement avec des matériaux élaborés à partir de déchets industriels (poudre d’ordinateurs et d’écrans de télévision, cartons d’emballage pour confectionner les parquets, béton recyclé, etc.)

Si Lavoisier a été “raccourci” par les révolutionnaires français au XVIIIe siècle, il se pourrait que le recyclage donne envie à certains de leurs descendants de raccourcir aussi sa célèbre maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » quand il n’est pas question de chimie. Au XXIe siècle, la révolution dans l’ “écologis”, logement qui se veut à la fois économique et écologique, c’est que « Rien ne se perd, tout se transforme »…

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Laisser un commentaire