Ces animaux qui sauvent la planète…

Attention au kangourouNous sommes tous concernés par les gaz à effet de serre et les évènements climatiques de ces dernières semaines laissent augurer de ce que pourrait occasionner un bouleversement du climat à grande échelle. Or, tout le monde s’accorde à dire que les flatuosités des bovins et des ovins produisent du méthane, puissant gaz à effet de serre, et contribuent de façon non négligeable au réchauffement climatique.

En Australie, par exemple, les flatuosités ovines et bovines représenteraient 14 % des gaz à effet de serre. En Nouvelle-Zélande, on avoisinerait même les 50 %, l’élevage y étant plus développé. Si le pet de lapin ne vaut pas grand-chose, celui du mouton et de la vache pourrait bien nous valoir bien des tracas.

Heureusement, la nature est bien faite et d’autres animaux, par contre, contribuent à la protection de la planète : les kangourous, par exemple, qui ne sont pas moins de 40 millions à vivre Australie, devenant par là même un véritable emblème du pays.
Forts des connaissances relatives aux vents des bovins et des ovins, des chercheurs australiens se sont penchés sur les pets de ce patrimoine national sautillant et ont constaté que les kangourous, grâce à un micro-organisme présent dans leur tube digestif, ne dégageaient pas de méthane. Grâce à cette découverte, le Dr Athol Klieve espère pouvoir coloniser d’ici quelques années les intestins des bovins et des ovins avec cette bactérie et réduire ainsi leurs émissions de méthane.

Les avantages pour la planète de l’herbivore bondissant sur le bovin ne s’arrêtent pas là. Animal sauvage, sa viande ne renferme aucun antibiotique. Elle est également pauvre en graisse, tout en étant riche en protéines. Le Pr Peter Ampt préconise donc de consommer de la viande de kangourou à la place de la viande de bœuf. D’autant que la population de cette espèce de marsupial étant en augmentation constante, en consommer pourrait réguler la surpopulation. Même si les avis demeurent très partagés sur ce point, certains Européens ont eu vent de ces recommandations et des restaurants du vieux continent ont fait du steak de kangourou leur spécialité.

D’autres animaux nous aident aussi à rendre notre planète plus verte : les castors, bâtisseurs infatigables, influencent également très favorablement l’environnement physique et écologique. Le plus grand barrage au monde construit par des castors a été découvert récemment au Canada, grâce à Google Earth : il mesure plus de 850 mètres de long !
En créant de grandes zones humides, les castors favorisent beaucoup la biodiversité, certaines espèces n’étant retrouvées qu’en amont de quelques-uns de ces barrages.

Personne n’a encore étudié les pets de castor, mais après avoir lu cet article, il y a fort à parier que des chercheurs canadiens vont traquer l’animal aux quatre vents pour en savoir plus : l’avenir de la planète en dépend.

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Laisser un commentaire