Une garde alternée qui tourne mal…

Reflets d'une grande rouenTout le monde sait que l’amour et le travail ne font pas toujours bon ménage.
Et ce ne sont pas Catherine et Guy qui diront le contraire. Ce couple marié a exploité durant de nombreuses années une grande roue, qu’ils installaient notamment chaque automne sur la célèbre place Bellecour à Lyon, de début novembre à fin février. Leur attraction étant répertoriée parmi les plus grandes roues du monde, l’ancienne capitale des Gaules prenait alors des airs de capitale et sa place légendaire se prenait à rivaliser avec celle de la Concorde

Non contente d’être grande de par sa stature (60 mètres de haut), cet engin est aussi une grande roue de la Fortune : un commerce très lucratif puisque les Lyonnais et les touristes se pressent pour contempler Lyon, perchés dans ses nacelles dominant la ville. C’est sans doute ce qui explique que, lorsque le couple à qui elle appartenait a décidé de divorcer, les choses ont mal tourné, chacun voulant continuer à profiter de cet emplacement pour faire tourner son manège.
Monsieur a d’abord installé sa grande roue sans autorisation début novembre, mais il a été contraint de la démonter, expulsé par la police. Son épouse, voyant l’emplacement pris, s’estimait lésée, car elle voulait également y faire tourner sa propre attraction.
Les tribunaux ont alors joué le rôle de médiateur conjugal et ont proposé au couple une « garde alternée » en présence des deux époux et de leurs avocats respectifs. La saison d’hiver serait partagée en deux. L’autorisation signée par la mairie précisait donc que Madame pouvait s’installer du 27 novembre au 3 janvier inclus et monsieur du 11 janvier au 11 février.

Catherine a donc fait tourner la roue comme convenu, durant quelques semaines, mais lorsque le jour du changement est arrivé elle a refusé de libérer la place, pour laisser son ex-mari installer à son tour son propre manège. C’est ainsi que le 18 janvier 2011, c’était encore la grande roue de Madame qui s’élevait au-dessus de la place Bellecour.
Le tribunal administratif de Lyon a de nouveau été saisi et a ordonné le samedi 22 janvier en fin de journée l’expulsion de la grande roue de Catherine pour la remplacer par celle de son ex-mari. Il faut ajouter à cela 4 000 euros par jour de pénalités de retard à compter du rendu du jugement. Le démontage de la grande roue a d’ores et déjà débuté.

L’histoire ne dit pas si l’un des deux a prévu de participer à l’émission Tournez manège pour retrouver l’âme soeur…

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Laisser un commentaire