Condamné pour ne pas avoir sécurisé son WiFi

Tranquillement installé sur un transat, profitant pleinement de ses vacances loin de son travail et de son domicile, un jeune Allemand était loin de se douter qu’il était en train de risquer de passer quelques semaines à l’ombre en rentrant chez lui… En effet, au même moment, une plainte était déposée par un auteur-compositeur ayant découvert que l’une de ses créations musicales avait été mise en ligne, sans son accord, sur un réseau de partage de fichiers après avoir été téléchargée illégalement depuis l’accès Internet du jeune homme en villégiature.

Après enquête ayant fait suite au dépôt de plainte, les investigations ont montré que l’accès WiFi mis en cause, même s’il était privé, n’était pas sécurisé. Aucune clé WEP ou WAP, aucun filtrage d’adresses IP n’avait été mis en place par son propriétaire, comme c’est souvent le cas chez beaucoup d’internautes, le paramétrage d’un réseau WiFi local sur PC pouvant être fastidieux pour un néophyte. La bonne foi du jeune homme dont l’accès WiFi a été piraté durant ses vacances ayant été reconnue, le tribunal de Karlsruhe qui a eu à juger l’affaire ne l’a pas sanctionné pour partage illégal de musique, au grand soulagement de l’intéressé qui pensait ainsi retrouver sa virginité judiciaire. Cruelle désillusion puisque la cour a estimé que s’il n’était pas directement à l’origine du téléchargement illégal et de la mise en ligne d’une œuvre protégée, sa responsabilité pouvait être mise en cause pour avoir omis de sécuriser son réseau local sans fil et l’a condamné à une amende de 100 euros.

Pour le tribunal de Karlsruhe, les internautes sont tenus de vérifier que leur connexion WiFi est correctement protégée contre les pirates susceptibles de l’utiliser pour des activités illégales. La cour a néanmoins estimé que, si la protection devait être mise en place au moment de l’installation du réseau, il ne pouvait être reproché à son propriétaire de ne pas la tenir à jour. Même si, à l’heure actuelle, tout le monde sait que les protocoles de sécurité utilisant une clé WEP ou certaines clés WAP ne sont plus suffisants pour éviter de voir son réseau piraté, cela ne dispense pas l’internaute qui met en place une passerelle WiFi à son domicile de la sécuriser à l’aide de l’une de ces solutions.

Même si cette décision ne concerne que les internautes d’outre-Rhin, elle est intéressante, car nul n’est à l’abri d’une telle mésaventure. Que serait-il arrivé si l’internaute n’avait pas été en vacances ? Que se serait-il passé si l’on avait tout simplement usurpé son adresse IP, comme les pirates savent le faire ? En France aussi, au moment où la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) doit bientôt se mettre au travail, de nombreuses questions-clés restent sans réponse…

[Source : Associated Press via Infosecurity.com]

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Laisser un commentaire