Un article sur Internet gagne un prix Pulitzer

Journalisme d'investigation sur InternetSi c’est en 1904 que Joseph Pulitzer, éditeur du journal World, a couché sur son testament l’idée de récompenser chaque année l’excellence dans le domaine du journalisme et des arts aux États-Unis, ce n’est qu’en 1917 que les premiers prix seront décernés. Au nombre de douze à cette époque, ils sont maintenant vingt et un à être remis chaque année. La littérature figure en bonne place au palmarès avec des auteurs comme Margaret Mitchell pour Autant en emporte le vent, John Steinbeck pour Les raisins de la colère ou Ernest Hemingway pour Le vieil homme et la mer, mais c’est dans le domaine du journalisme que ces prix sont les plus prestigieux. Pour preuve, il récompensa en 1973 les journalistes ayant couvert l’affaire du Watergate pour le compte du Washington Post, rappelant à cette occasion que le véritable journalisme d’investigation pouvait faire tomber un gouvernement aussi puissant que celui des États-Unis d’Amérique.

Joseph Pulitzer n’a, bien entendu, jamais connu Internet, mais sa clairvoyance a voulu qu’il confie la gestion des prix à une commission de surveillance consultative ayant la possibilité d’adapter à un monde qui évolue sans cesse les récompenses. C’est pour cette raison qu’en 2010, pour la première fois de son histoire vieille de plus de cent ans, le prix Pulitzer du journalisme d’investigation a été remis à Sheri Fink du site ProPublica, en collaboration avec The New York Times Magazine, pour son article intitulé The Deadly Choices at Memorial publié sur Internet. Ce travail relate l’enquête menée par cette journaliste sur les conditions dans lesquelles sont morts plusieurs patients dans un hôpital de La Nouvelle-Orléans au lendemain du passage de l’ouragan Katrina et révèle que des patients qui avaient donné des instructions pour ne pas être réanimés, comme la loi le leur permet en Louisiane, ont été euthanasiés faute d’être prioritaires à l’heure de l’évacuation de cet établissement inondé.
Un récit troublant où le droit, la santé et l’éthique semblent avoir autant souffert de l’ouragan que les infrastructures d’un pays qui n’avait pas connu un tel désastre climatique depuis de nombreuses années.

Dans le même temps, le prix Pulitzer du dessin de presse a été attribué à Mark Fiore, travaillant pour SFgate.com, le site du quotidien San Francisco Chronicle, qui ne croque l’actualité, lui aussi, que sur Internet sous la forme de dessins animés.

Ces prix sont une preuve supplémentaire du poids qu’a pris Internet dans le monde de l’information et de l’investigation. Une information qui peut, plus que jamais, être un puissant contre-pouvoir. Rien d’étonnant dans ces conditions que les gouvernements cherchent par tous les moyens à contrôler le Web et exploitent le moindre prétexte pour justifier cette immixtion. À chacun d’être vigilant pour que les excès des uns ne légitiment pas ceux des autres…

____

Retrouvez tous les prix Pultizer décernés depuis 1917 sur le site The Pulitzer Prizes (en anglais). En 2010, le prix Pulitzer du journalisme d’investigation a été décerné ex aequo à Sheri Fink et à Barbara Laker et Wendy Ruderman du Philadelphia Daily News pour une enquête sur des ripoux au sein de la police de Philadelphie.

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Laisser un commentaire