Design et préservatifs gratuits au pied de la statut de la liberté

New York aime les préservatifsC’est bien connu : plus le packaging est séduisant, plus on a envie de consommer un produit… Les services de santé et de l’hygiène mentale de la ville de New York ont donc organisé un concours de design concernant un emballage, celui des préservatifs ! Pas simple de trouver le meilleur dessin pour orner les pochettes de préservatifs, surtout lorsque l’on reçoit pas moins de 600 propositions du monde entier. Après une sélection aussi rude que celle qu’ont à affronter les spermatozoïdes voulant féconder l’ovule quand le préservatif n’est pas au rendez-vous, un prétendant a remporté la victoire. C’est le symbole « marche-arrêt » apposé sur les ordinateurs et autres appareils électroniques qui a gagné le concours.

Les rapports entre New York City (NYC) et les préservatifs ne datent pas d’hier. C’est en 1971 que la grosse pomme a commencé à distribuer gratuitement des préservatifs. Après n’avoir offert que des modèles à l’intention des hommes pendant plusieurs années, des préservatifs féminins ont été mis gracieusement à la disposition des New-Yorkaises à partir de 1998. En 2005, un site internet est créé pour que les associations de Manhattan, de Brooklyn et des autres quartiers puissent commander en ligne des préservatifs gratuits. Succès immédiat avec une moyenne de préservatifs masculins distribués qui passe de 250 000 à 1,5 million ! Et c’est en 2007 que le premier emballage propre aux préservatifs offerts par la ville de New York voit le jour. Pour quelle occasion ? Pour la Saint Valentin, bien sûr. Les préservatifs sont aujourd’hui distribués gratuitement aux particuliers dans divers lieux : bars, salles de sport, etc., et un designer s’est même intéressé aux distributeurs automatiques de ce latex salvateur.

Los Angeles n’est pas en reste et fait également partie des nombreuses villes américaines qui distribuent gratuitement des préservatifs. Outre-Atlantique, tout est mis en œuvre pour faciliter la prévention et le dépistage des maladies sexuellement transmissibles : ainsi, les jeunes habitantes de la cité des anges et de ses environs, âgées de 12 à 25 ans, peuvent recevoir d’un simple clic sur internet, gratuitement à leur domicile dans une enveloppe discrète, un test pour diagnostiquer une infection à chlamydia alors qu’elle est encore à un stade infraclinique.

À New York, comme ailleurs, sortez couvert quand vous voulez croquer la pomme !

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Commentaire

Design et préservatifs gratuits au pied de la statut de la liberté — Un commentaire

Laisser un commentaire