Dégraissage officiel dans les ministères et dans l’armée

Poids et haltèresTous les pays sont touchés par l’obésité, mais les États-Unis et le Mexique sont les États où les taux de personnes en surpoids sont les plus élevés si l’on se réfère au dernier rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Les régimes japonais et coréens sont, par contre, ceux où les citoyens ont le moins de problèmes avec la ligne.

La municipalité de Mexico a pris le problème de l’obésité à bras le corps et lancé officiellement le programme obligatoire Muévete y métete en cintura, qui se traduit par « Bouge et serre toi la ceinture ». Ce projet impose une heure d’exercice physique durant la journée à tous les fonctionnaires du service des finances, 70 % d’entre eux étant en surpoids et 20 % obèses. Une consultation avec un nutritionniste est également à ce programme. S’il s’avère efficace, tous les fonctionnaires auront le droit au même régime et seront invités à se serrer la ceinture.

Le Mexique s’est en fait inspiré de ce qui se pratique dans les entreprises à Pékin depuis les années 50 : des exercices collectifs sur un fond musical dispensé par la radio officielle. Cette gymnastique de groupe s’était interrompue de 2005 à 2007, organisation des Jeux olympiques oblige ! Alors que la Chine compterait 200 millions de personnes en surcharge pondérale et 90 millions d’obèses, les autorités espèrent que 70 % des fonctionnaires participeront à ces exercices. Les dirigeants pensent aussi que ces activités rendront les employés de l’État chinois plus efficaces au travail. À long terme, cette pratique devrait même s’étendre aux entreprises privées.

L’Europe aussi se préoccupe du surpoids dans ses ministères et commence à dégraisser à tout va.
C’est ainsi que l’armée belge, par exemple, compte 60 % de soldats en surpoids. Un programme d’envergure a été mis en place à l’automne : non seulement les effectifs seront réduits, mais ceux qui restent devront maigrir afin de rendre la troupe davantage opérationnelle lors d’opérations militaires importantes.

Les armées de sa gracieuse Majesté, n’échappe pas à l’obésité puisque des milliers de soldats britanniques sont jugés personnel unable to deploy, c’est à dire « soldat inapte au déploiement ». Encore un peu plus à l’Ouest, aux États-Unis où l’on n’a pas peur de mourir à force de manger trop de hamburgers, le Pentagone révélait en 2008 que 4,4 % des membres du personnel de l’armée de terre, soit près de 69 000 soldats hommes et femmes, étaient considérés comme obèses.

Tolérance zéro dans les rangs kaki ? Presque, l’arme lourde est toujours autorisée…

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Laisser un commentaire