Des diamants sur ordonnance

Un diamant un peu trop gros pour être avaléIl n’est pas certain que cela rende les patients éternels, mais il est possible que des médicaments contenant des nanodiamants fassent bientôt leur apparition dans les armoires à pharmacie ! En effet, une équipe de chercheurs taiwanais a démontré que les nanodiamants, des pierres des dizaines de milliers de fois plus petites qu’un grain de sable, tapissent la paroi intestinale lorsqu’ils sont ingérés ce qui pourrait, un jour, aider à diagnostiquer certaines maladies. Les recherches sont pour l’instant menées chez l’animal, des vers pour être plus précis, mais elles pourraient s’étendre à l’homme à des fins de diagnostic et même de traitement pour certaines maladies.

Comment obtient-on des nanodiamants ? La plupart d’entre eux sont fabriqués tout simplement en faisant exploser de la TNT et divers autres explosifs afin de créer des conditions de température et de pression permettant de lier des atomes de carbone ensemble pour obtenir la nanostructure tridimensionnelle classique du diamant.

Ces diamants ne sont donc que du carbone, avec quelques inclusions d’azote, et ne révèlent aucune toxicité au niveau cellulaire ou organique, selon le travail de cette équipe publié dans la revue Nano Letters. Lorsque les nanodiamants sont enrobés dans un sucre spécial, ils pénètrent même à l’intérieur de l’organisme où ils se concentrent à certains endroits, sinon ils restent sur les parois du tube digestif. En théorie, les nanodiamants peuvent être recouverts par une protéine ou un médicament et aller se fixer sur un certain type de cellules, comme des cellules cancéreuses par exemple. De quoi les découvrir plus tôt ou, qui sait, les traiter de façon ciblée.
D’autres chercheurs pensent pouvoir utiliser les nanodiamants pour suivre les cellules souches dans leur évolution, laissant entrevoir la possibilité d’aboutir à des traitements jamais imaginés jusque-là.

Alors, une dose de diamants, matin, midi et soir ?

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Laisser un commentaire