Donner le sein pendant 6 mois pour un bébé en pleine forme

Le lait maternel recommandéEntre le rythme « métro, boulot, dodo » de la femme active, le lobbying des industriels du lait maternisé et l’humour décalé de Greenpeace affirmant au début des années 90 que « Si le lait maternel était un médicament, il faudrait le retirer de la vente immédiatement », on comprends que l’allaitement maternel ait connu une certaine désaffection au cours des dernières décennies. Et pourtant…

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans une déclaration du 15 janvier 2011, « recommande aux mères du monde entier l’allaitement exclusif de leur nourrisson pendant les six premiers mois de façon à lui garantir une croissance, un développement et une santé de qualité optimale. »
Pas de lait reconstitué (peu importe l’âge du bébé) et pas d’allaitement au sein exclusif pendant 3-4 mois suivi d’une alimentation mixée, l’OMS s’appuie sur une vingtaine d’études menées dans des pays développés et des pays en développement pour corroborer ses recommandations.

Quels avantages peut avoir cette alimentation au sein exclusive jusqu’à six mois sans aucun autre apport solide ni liquide complémentaire ? Ils sont nombreux, mais il faut insister sur un moindre risque d’infection gastro-intestinale pour le bébé, une perte de poids plus rapide après l’accouchement pour la mère et un retour de couches différé.

Avec de telles recommandations l’OMS semble vouloir retrouver une certaine virginité face aux doutes de conflits d’intérêts qui ont pesé sur elle au moment de la pandémie de grippe A(H1N1) et lutter contre des affirmations qui ont fait les beaux jours des fabricants de lait de substitution ; celle qui veut que de nombreux toxiques passent dans le lait maternel, par exemple. C’est pour cette raison que l’OMS surveille le lait maternel, l’étude du lait humain peut donner une idée sur la quantité de polluants à laquelle ont été exposés les citoyens au fil du temps et son évolution, mais aussi sur ce à quoi sont exposés les foetus et les enfants nourris au sein.

On sait depuis longtemps que des polluants passent la barrière placentaire, mais aussi dans le lait maternel. Toutefois l’Institut de la santé publique norvégien a publié une étude en novembre 2010 montrant que le taux de polluants environnementaux dans le lait maternel a diminué sensiblement ces dernières années, tout du moins au pays du ski de fond. Heureusement, car les polluants environnementaux (dioxines, furannes, PCB, DDT, etc.) sont des composés nocifs qui s’accumulent dans la chaîne alimentaire et dans le corps humain, en raison de l’utilisation de pesticides, par exemple. Ces bons résultats seraient dus à la lutte antipollution qui porterait ses fruits.

Une étude du même institut, publiée fin janvier 2011, montre quant à elle que le taux de polluants dans le lait maternel diminue au fur et à mesure qu’une femme nourrit son enfant au sein. Information intéressante dans un pays où les femmes sont parmi celles qui allaitent le plus longtemps leur bébé dans le monde. En Norvège, environ 80 % des nourrissons vont avoir le droit au sein pendant 6 mois et il n’est pas rare que nombre d’entre eux en profitent jusqu’à l’âge de dix-huit mois.
Au cours des mois d’allaitement, le tissu graisseux de la mère est mis à contribution et les polluants qui y sont stockés vont être relargués à cette occasion et sont éliminés au fur et à mesure. Plus l’allaitement dure longtemps, moins il y a de polluants dans l’organisme et donc dans le lait de la mère.

Allaiter quand on est salariée, c’est aussi pouvoir travailler une heure de moins par jour si l’on est une femme ou bénéficier d’un congé d’allaitement, même si l’on est un homme ! Pas question de culpabiliser les femmes qui n’ont pas la possibilité d’allaiter, mais pourquoi s’en priver quand on peut… ?

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Commentaire

Donner le sein pendant 6 mois pour un bébé en pleine forme — Un commentaire

  1. Cette banque de lait maternel a vu le jour cet été à l’Institut de néonatalogie de Belgrade afin de nourrir les enfants prématurés et de fournir du lait aux maternités de la ville. Les femmes volontaires pour donner leur lait viennent d’acccoucher, et disposent d’un surplus de lait, le plus souvent parce que leur bébé est encore à l’hôpital. La pratique de l’allaitement est tellement faible que la Serbie a adopté une loi en 2005 interdisant toute publicité pour le lait en poudre, souvent utilisé à la place du lait maternel…
    Selon l’UNICEF, seuls 27% des nouveaux nés d’Europe du sud-est sont exclusivement nourris au sein au cours des 6 premiers mois de leur vie, au niveau mondial, ce taux est aux environs de 40%

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.