Fumer en début de grossesse, c’est courir le risque de ne pas être grand-mère

Un oeuf dans un gant de boxeLes effets délétères du tabac sur la reproduction des fumeurs sont connus depuis longtemps. Mais un point sur lequel on insiste moins souvent est que le tabagisme a aussi un effet direct sur la fécondité des enfants des fumeuses. Si l’effet des cigarettes fumées par la mère est connu lorsqu’elle donne naissance à un garçon (réduction de la taille des testicules et moins de spermatozoïdes à l’âge adulte), la question se posait encore quand elle donnait naissance à une fille. La réponse vient d’être donnée par une étude danoise publiée dans la revue Human Reproduction du mois de novembre 2010.

L’article s’intitule Cigarette smoking during early pregnancy reduces the number of embryonic germ and somatic cells, ce qui peut se traduire par « Fumer une cigarette en début de grossesse diminue le nombre des cellules germinales et somatiques ». En d’autres termes, les garçons des femmes fumant la cigarette dans les premiers mois de leur grossesse auront, en moyenne, des testicules plus petits et moins riches en spermatozoïdes, ce que l’on savait déjà, mais les filles de ces femmes auront, elles aussi, des ovaires de moindre taille et des ovules moins nombreux.

C’est en étudiant les embryons de femmes ayant décidé, comme la loi les y autorise au Danemark, d’avorter au cours du premier trimestre de leur grossesse que les chercheurs ont pu constater que le nombre de cellules germinales (futurs spermatozoïdes ou ovules) était diminué de 57 % et celui des cellules somatiques (comme celles servant à l’architecture des testicules ou des ovaires et qui ne donneront jamais de spermatozoïdes ou d’ovules) de 37 % lorsque ces femmes avaient fumé durant ce début de grossesse. Ils ont aussi mis en évidence une relation dose/effet : plus le tabagisme est important, moins les cellules seront nombreuses et moins le futur enfant pourra donc être fertile. Des constatations qui restent vraies même si l’on tient compte de facteurs associés comme la consommation d’alcool ou de café.

Pour les chercheurs de l’université de médecine de Copenhague, ces résultats pourraient en partie expliquer la baisse de la fécondité observée au cours de ces dernières années chez les adultes dont la mère a fumé au début de sa grossesse. Fumer lorsque l’on est enceinte, c’est donc bien courir le risque de ne pas être grand-mère…

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Commentaire

Fumer en début de grossesse, c’est courir le risque de ne pas être grand-mère — 2 commentaires

  1. Des conseils et un soutien psychologique peuvent également être utiles pour se débarrasser de sa dépendance. En cas de forte accoutumance, une consultation avec un spécialiste est recommandée. Dans certaines maternités, des groupes d’aide à l’arrêt du tabac existent. Gérés par des sages-femmes formées en tabacologie, ils sont utiles pour mieux gérer sa dépendance tout en profitant d’une vraie dynamique de groupe. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre maternité.
    Enfin, bien qu’il soit préférable d’arrêter de fumer avant d’être enceinte, sachez qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Des études montrent en effet qu’un sevrage au 3ème trimestre de la grossesse permet de réduire de façon significative les effets sur le retard de croissance fœtale.

  2. Le tabac est un facteur de risque important dans la grossesse. Outre les problèmes respiratoires (otites, bronchites) chez le jeune enfant, le tabagisme durant la grossesse peut entrainer la mort in utéro, des naissances prématurées ou encore certaines malformations. Beaucoup l’ignorent mais la consommation du tabac, même avant la conception d’un enfant, modifie l’ADN et favorise les ovulations de mauvaise qualité, entrainant une augmentation des fausses couches chez les fumeuses. Les polluants contenus dans la cigarette ont, par conséquent, un effet néfaste pour la maternité en prolongeant les délais de conception et en accélérant la ménopause.

Laisser un commentaire