Qu’est-ce que la médecine communautaire ?

La médecine communautaire peut être considérée comme une surspécialité de disciplines cliniques et fondamentales s’attachant à la prévention et à la bonne gestion des soins, sans s’appuyer pour autant sur une approche économico-commerciale, mais bien sur des facteurs médicaux.

Bien loin de tout communautarisme, la médecine communautaire peut être considérée comme une spécialité à la croisée du management sanitaire, de la santé publique, de l’épidémiologie, de la biostatistique et de l’informatique médicale. Cette discipline est basée sur la prévention et l’organisation des soins, tout en flirtant aussi avec la santé de l’environnement, la médecine ambulatoire et de la famille. Elle bénéficie d’une reconnaissance institutionnelle dans les pays anglo-saxons, dans des États européens ou dans d’autres pays francophones, comme la Suisse ou le Canada, alors qu’en France elle n’est pas encore une matière à part entière.

Une médecine d’avenir vieille de trente ans

Pour certains, cette discipline s’inscrit dans un désir de renouveau pédagogique dans les facultés de médecine et peut aussi s’intégrer dans le développement professionnel continu des professionnels de santé.

Poignée de mainPour d’autres, elle a une mission sociale censée permettre à tous d’accéder aux soins, principalement grâce à une médecine de proximité.

En anglais, la médecine communautaire peut se traduire par community medicine et fait partie des mots-clés de la base de données des termes médicaux de la bibliothèque américaine de médecine (MeSH database) depuis 1977. Elle est définie comme A branch of medicine concerned with the total health of the individual within the home environment and in the community, and with the application of comprehensive care to the prevention and treatment of illness in the entire community, ce que l’on peut interpréter librement comme une branche de la médecine s’intéressant à la santé globale d’un individu dans son environnement familier et dans la communauté, et avec l’application d’une prise en charge complète de la prévention et du traitement de la maladie dans la communauté toute entière.

Parce que l’économie n’est pas la santé

Médecine engagée, idéale ou utopique, la médecine communautaire est prise au sérieux par des acteurs respectés du monde de la santé qui souhaitent la voir se développer. Elle pourrait souffrir d’un déficit de praticiens dans les années qui viennent au sein des pays de l’Union européenne, comme le démontrent des études prévisionnelles, en Espagne par exemple.

La médecine communautaire semble pouvoir être une alternative aux économies de santé, faites au nom de l’intérêt collectif sans penser à la prise en charge des maux et de la souffrance propres à un individu qui pourrait, demain, être l’un d’entre nous…

Partager sur :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Digg
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Ping.fm
  • Technorati
  • Yahoo! Buzz

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.